BRUNO COPPENS

UN MAGICIEN DES MOTS

Le plus francophonissime des humoristes belges, jouant de Montréal à Avignon en passant par Bucarest, Dakar ou Tavannes, jongleur fou des mots, Bruno Coppens a réussi en une quinzaine d’années à tracer une voie unique dans le domaine de l’humour belge.

Vous l’entendez régulièrement dans les Dicodeurs (la Première RTS)! Il occupe également les ondes de la RTBF (Belgique) où il produit le talk-show impertinent «Un Samedi d’Enfer« et livre chaque semaine un «Café serré» (chronique politique) dans la matinale. Il a aussi participé au «Fou du Roi» de Stéphane Bern sur France Inter pendant 2 saisons. Bruno trimballe son humour sur les ondes et sur les planches avec la même envie de démêler le vrai du fou! Il est parvenu à conquérir un public de plus en plus large, au-delà de nos frontières, jouant à travers tout le  Québec où le public enthousiaste a salué le talent et la fantaisie de ce «verbe-moteur».

De «Ma Déclaration d’humour» (+ de 400 dates au compteur) à Ma Terre happy ! (nominé «Meilleur Seul en scène» de la Communauté française (2007)) en passant par «Mes singeries vocales», «Trac!» et «La vie est un destin animé», Bruno vous présente sa nouvelle aventure: «Lover Booké!»

ANDROPAUSE

Y’A-T-IL UNE VIE APRÈS L’HUMOUR?

MISE EN SCÈNE: ERIC DE STAERCKE / PAPY

Mes premières bouffées de chaleur, c’est pour quand?
Quel sera la playlist à mon enterrement?

J’aime être en peignoir dans un spa toute une journée, j’ai gardé ma ligne fixe et je ne prends plus le bus de peur qu’un jeune ne se lève pour me laisser sa place. Suis-je déjà entré en Andropausie?
Les femmes ont tellement de chance! Leur ménopause est si démonstrative et nous, les hommes? Rien!
N’étant pas andropologue, je viens sur scène raconter mon slalom d’homme de l’enfance jusqu’à l’obsolescence programmée, mon échelle de Richter du coeur, ma «to do lis » pour le futur, pour mon enterrement et plus si infinité…

Andropause, un check-up à vif, un lâcher prise sans fard.

La vie est un oignon et les années, ses pelures.
Bruno se retrouve presque tout nu, la 60ème pelure s’apprêtant à s’envoler. Alors, comme tous les chemins mènent aux pauses il vient ce soir devant vous sans voeux d’artifices, plus vrai que mature, dérouler l’écharpe du temps et vous raconter une vie jouant
à pile ou farce.

 


 

Le site de Bruno Coppens